Retour à l'accueil de CINECLAP
Votre recherche (expression exacte) :
Saisissez tout ou partie d'un titre, du nom d'un acteur ou réalisateur ou personnage, ou du titre d'une revue.
Inscrivez-vous à la newsletter !
Pour recevoir chaque semaine les dernières nouveautés de Cinéclap, saisissez votre adresse mail puis validez.
0-9 A B C D
E F G H I
J K L M N
O P Q R S
T U V W-Z
Ajouts récents :
487 SAGAS
690 ARTISTES
A B C D E
F G H I J
K L M N
O P Q R S
T U V W-Z
Joseph Cotten
Joseph Cotten
CINÉ-
COLLECTIONS
LES LISTES
Et Aussi...
Voir aussi
pour ce
film :
Au
sommaire
Acteurs au
générique
1
anecdote
14
affiches
1
couverture
de magazine
Sur le web
Internet Movie Data Base
LA référence mondiale sur le cinéma.
Wikipédia
L'encyclopédie communautaire dans sa version française.
Allociné
Informations standard, bandes-annonces, images, critiques.
Sens critique
Critiques des spectateurs.
Deja Scene
Indique pour chaque acteur avec quel(s) acteur(s) du même film il a déjà joué.
SubsMax
Sous-titres dans plusieurs langues.
CineMaterial
Galerie d'affiches miniatures groupées par visuels.
Kinopoisk
Notamment galerie d'affiches de grandes tailles.
MovieStillsDB
Banque d'images par film : images publicitaires, photos de tournage, photos d'exploitation...
Aveleyman
Galerie de personnages.
Internet Movie Cars DataBase
Voitures et autres véhicules identifiés, avec photos.
calindex.eu
Index d'articles parus dans la presse cinéma française, avec couvertures des magazines.
Ciné-ressources
Le catalogue collectif des bibliothèques et archives de cinéma.



Affiche de «LE REFROIDISSEUR DE DAMES»
20
mars
1968

LE REFROIDISSEUR DE DAMES
(No Way to Treat a Lady)

«La sixième victime»

États-Unis (1968) · Policier · 1h48
Réalisé par Jack Smight
Avec Rod Steiger, Lee Remick, George Segal, Eileen Heckart, Murray Hamilton

 
Sous divers déguisements et autant de prétextes, un homme s'introduit chez des femmes d'âge mûr qu'il étrangle et met en scène avant d'appeler l'inspecteur chargé d'enquêter sur cette série d'assassinats.
Image-titre de «LE REFROIDISSEUR DE DAMES»

N.B. : Les références, gaffes et anecdotes migreront progressivement dans cette rubrique.
LES SCÈNES DÉCRYPTÉES DANS
«LE REFROIDISSEUR DE DAMES»
«1 2

 
1/7
1:26:52
«In the Heat of the Night»
Se présentant comme un maître d'hôtel envoyé par Morris Brummell (George Segal), Christopher Gill (Rod Steiger) s'est introduit chez Kate (Lee Remick). Dans son arrogance, il a indiqué l'adresse de sa nouvelle victime au policier. Quand celui-ci tente d'appeler sa bien-aimée, l'étrangleur arrache les fils du téléphone, et la femme comprend à qui elle a à faire. Tandis qu'elle se bat contre son agresseur, des policiers filent à vive allure jusque chez elle. Sirène hurlante et gyrophare allumé, la voiture parcourt une avenue bordée de cinémas à Manhattan.
[Voir aussi une ciné-gaffe].
DÉCRYPTAGE
 
1/7
1:26:52
«In the Heat of the Night»
Sur les marquises, quelques titres sont lisibles ou devinables :
  • «In the Heat of the Night» ;
  • «Born Losers» et «Door-to-Door Maniac» ;
  • «The Dirty Dozen» (et un titre où il semble y avoir le mot "ADVENTURE") ;
  • «THE LAST OF THE SECRET AGENTS?» et «Once a Thief» ;
  • «The Pink Pussy» et «SUBURBIA CONFIDENTIAL».
 

Dans cet ordre, nous avons :
  • «DANS LA CHALEUR DE LA NUIT», réalisé par Norman Jewison et sorti l'année précédente, où Rod Steiger – ici l'étrangleur – partageait l'affiche avec Sidney Poitier dans le rôle de Bill Gillespie ;
  • «LE CRÉDO DE LA VIOLENCE», thriller également de 1967 signé par Tom Laughlin ;
  • une re-sortie de «FIVE MINUTES TO LIVE», rebaptisé pour l'occasion, de Bill Karn en 1961, où le chanteur et musicien Johnny Cash interprétait son premier rôle au cinéma, et ce en tête d'affiche ;
  • «LES DOUZE SALOPARDS», mémorable film de guerre réalisé par Robert Aldrich #1 et sorti en 1967 ;
  • «THE LAST OF THE SECRET AGENTS?» – inédit en salles en France ? –, comédie de 1966 de Norman Abbott ;
  • «LES TUEURS DE SAN FRANCISCO», film franco-américain de 1965 avec notre national dans le rôle principal ;
  • «ACOSADA», drame argentino-venezuelien d'Alberto Dubois en 1964, sorti dès 1966 aux États-Unis sous divers titres dont «The Pink Pussy». Peut-être inédit en France, le titre franco-belge est «Le lit du plaisir» ;
  • «SUBURBIA CONFIDENTIAL», drame de Stephen C. Apostolof sous le pseudonyme "A.C. Stephen".

 
1/5
1:26:54
Début de la séquence...
Gaffe ! L'action alterne entre Kate qui comprend à qui elle à affaire et les policiers qui filent gyrophare allumé. Alors que l'étrangleur est sur le point de faire une nouvelle victime, on revoit la voiture toujours à pleine vitesse. Sauf qu'elle repasse devant le même cinéma qu'au début de la séquence !
 
TAGS
«DANS LA CHALEUR DE LA NUIT» «LE CRÉDO DE LA VIOLENCE» «FIVE MINUTES TO LIVE» «LES DOUZE SALOPARDS» «THE LAST OF THE SECRET AGENTS?» «LES TUEURS DE SAN FRANCISCO» «ACOSADA» [1964] «SUBURBIA CONFIDENTIAL» Films avec ciné-gaffes
WANTED
1 Si vous pouvez capturer les images de cette scène en HD, contactez-nous.


«1 2

 
457 visites
dès le
11-05-2014
© CINECLAP, le Cinéma qui fait Référence !
Bookmark and Share
10.347.516
Hit-Parade